Accueil Brèves Plan du site Contact


la base Oncle Bernard

 
Serge Tchuruk ou le complexe de Gargantua


LA VIE DES GRANDS FAUVES



Charlie du 06 septembre 2006


Pourquoi parler encore de Serge Tchuruk, le patron d’Alcatel gavé de stock-options, au salaire mirobolant (2,8 mil­lions d’euros en 2005) ? Parce qu’il représente l’archétype de la prédation, de la prise au tas, du pillage sans contrepar­tie ? Son entreprise a fait 4 milliards d’eu­ros de pertes en 2002, il n’a eu de cesse que de dégraisser, inventant le concept « d’entreprises sans usines », une entreprise où tout est externalisé et où lui, Tchuruk, seul à son bureau, syphonnait paisiblement la plus-value produite ici ou là dans le monde. Parce que sa captation de richesse est inversement proportion­nelle à ses résultats ? Même pas. Tous sont plus ou moins comme lui, et d’ailleurs ses résultats sont plus ou moins bons ces derniers temps. Non. Serge Tchuruk, polytechnicien, fils de commerçants, est un mystère métaphy­sique. Il a soixante-huit ans. Il a dirigé Total, puis Alcatel. Il est coléreux, autori­taire, impatient et, tout simplement, tyrannique. Comme tous les tyrans, il ne peut pas partir.

Une résolution du conseil d’admi­nistration soumise à l’assemblée géné­rale de sa boîte prévoit « par dérogation de l’autoriser à exercer ses fonctions de directeur général jusqu’à la réunion du conseil constatant la réalisation de l’opéra­tion [1] ». En français : une opération est décidée dans la boîte, et pschuit ! le fan­tôme de Tchuruk se réincarne en direc­teur général jusqu’à la fin de l’opération. Après quoi, il redevient fantôme. Génial. Même le plus stalinien des bureaucrates nord-coréens ne pouvait imaginer formulation plus perverse et sadique. Et si ses actionnaires sont sadomasos, bien fait pour eux.
Tchuruk (comme Zaccharias, comme d’autres) représente la face immergée de l’obèse. L’obèse est le pro­létaire de Tchuruk, mais l’un et l’autre se gavent et ne peuvent jamais arriver à satiété. Son salaire est inférieur de 60 % à celui de l’Américaine Patricia Russo, qui vient de fusionner Lucent avec Alcatel pour devenir présidente du groupe, mais il ne rêve, au-delà de sa pérennité comme chef suprême, que de rattraper ledit salaire avant de partir en retraite. Et dans la tombe il s’agitera comme un beau diable - en colère - en réclamant encore des stock-options.
Que fabrique (ou fabriquait) Alcatel ? Franchement, je n’en sais rien. Comme toute entreprise capitaliste, Alca­tel fabrique de l’argent. De la « valeur », comme ils disent. Tchuruk, les cadres d’Alcatel, leur taille de guêpe et leur sale gueule bronzée devraient s’allonger chez un psy de trois cents kilos. Hélas, nous sommes tous des cadres d’Alcatel. Tiens, une goutte de rosée, un petit vent de fraî­cheur, un souffle d’air frais, un peu de givre sur les cils et les lèvres : lisons le superbe Luxueuse Austérité, de Marie Rouanet [2]. Luxueuse austérité... Merci, Marie.   
0. b.
Mots clés : Serge Tchuruk, Polytechnique, Alcatel, stock-options, Total, Lucent


[1] Libé, 31 aoôt 2006.

[2] Albin Michel


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 

 
  La vie des fauvettes La vie des grands fauves
      2000
      2001
      2002
      2003
      2004
      2005
      2006
      2007


      Contact

[ Plan du site ] [ Haut ]
 

 
Dans la même rubrique

Autres articles :
Jean-Dominique Comolli, exportateur de cancer du poumon
Charles Milhaud, qui a eu la peau de l’Écureuil
Petit Pinault deviendra gros !
José Bové, le rural amoureux de Louise Michel
Papy Zach, le glouton du CAC
Guy Dollé, le cocu aux cornes d’acier.
Jacques Marseille, économiquement incorrect
Jean-Martin Folz, démissionnaire de Peugeot
Patrick Ollier, le gaullo-sarkozyste tendance MAM
Henri Proglio, le Ganelon de l’eau



[ Haut ]
 

Accueil Brèves Plan du site Contact


Vous pouvez afficher les news sur votre site.
Copyright © la base Oncle Bernard 2002

Site développé avec SPIP, un programme Open Source écrit en PHP sous licence GNU/GPL.

Design © Drop Zone City