Accueil Brèves Plan du site Contact


la base Oncle Bernard

 
Guy Dollé, le cocu aux cornes d’acier.


LA VIE DES GRANDS FAUVES (SANS NUMÉRO)



Charlie du 22 février 2006

Eh oui, c’est moi, Guytou le coucou ! Je dirige Arcelor, qui va être bouffé par les sauvages, les Indiens emplumés dirigés par Mittal, patron de Mittal Steel... Cocu au moment de partir à la retaite... C’est dur ! D’autant plus dur qu’Arcelor est gras, luisant. Arcelor a dégagé 3,8 milliards d’euros de bénef net en 2005, en hausse de 66%, tandis que le bénef de Mittal Steel a diminué de 28,4% ! Donc, je suis Guy Dollé, soixante-deux ans, éminent polytechnicien, patron d’Arcelor. J’ai succédé à l’éminentissime polytechnicien Francis Mer, amen. C’est nous, les pipeaux qui marchons le front haut, l’oeil bleu et le menton en galoche. J’ai commencé ma carrière dans le recherche à l’Institut de recherche sur la sidérurgie. Puis, j’ai dirigé Usinor. A ma grande surprise, je suis devenu patron d’Arcelor. Personne ne savait qui j’étais, et tout le monde m’aura oublié d’ici peu. J’aime le foot. J’aime pas les parisiens. J’ai grandi à Metz, et j’ai une résidence secondaire à Dunkerque, c’est dire ma haute conception des lieux de villégiature. Je suis l’un des patrons les plus mal payés du CAC 40 : 1,2 million d’euros par an. Rien, comparé à Fourtou ou Owen Jones. J’appartiens au Cercle de l’industrie, un lobby de grands patrons fondé par DSK et Maurice Lévy, l’ex-patron de Renault, présidé par Mer, puis par Denis Ranque (Thalès, le pacifique missilier). C’est la seule sortie parisienne que je m’autorise. Ah : je préside la Fédération internationale du fer et de l’acier, où l’on ne rigole pas tous les jours.

J’ai fait du bon boulot à Arcelor, snif. Je suis allé au Brésil pour acheter du minerai, car je sais, moi, qu’il faut du fer pour faire de l’acier. Au Brésil, je suis devenu super-copain avec Lula, et j’ai même dansé (une fois, pas deux) la samba. J’ai racheté Dofasco le canadien, à la barbe des boches. Ca m’a pas porter bonheur. Moi, l’ingénieur, le diplômé, un danseur m’assaille ! Un bretteur ! Un repreneur d’entreprise ! Un vautour ! Un financier ! Un commercial ! Un marchand de tapis ! Un vrai Tapie, d’ailleurs, mais qui a su dissimuler ses arnaques ! Un type qui se vante d’être la deuxième fortune mondiale au classement Forbes, qui marie sa fille à Vaux-le-Vicomte pour quelques centaines de millions d’euros, et qui installe son fiston à la direction financière du groupe pendant que son frère joue du tambourin et sa mère prépare le riz basmati ! Et que fait Ernest-Antoine Seillière, le patron des patrons européens, sidérurgiste tantôt, et largement arrosé par la subvention française (merci Giscard) ? Il dit bravo. C’est pas juste. C’est vraiment pas juste : avoir fait payer la restructuration de la sidérurgie aux français, faire d’Arcelor une entreprise hyperproductive, et se faire bouffer par un salopard qui a promis de refiler Dofasco aux boches ! Y’a pas de morale dans les affaires.

O.B.

Mots-clés : Guy Dollé, Arcelor, Mittal Steel, polytechnique, Usinor


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 

 
  La vie des fauvettes La vie des grands fauves
      2000
      2001
      2002
      2003
      2004
      2005
      2006
      2007


      Contact

[ Plan du site ] [ Haut ]
 

 
Dans la même rubrique

Autres articles :
Éric Bousquet, la pub du prolo
José Bové, le rural amoureux de Louise Michel
Jean-François Théodore, bureaucrate de la Bourse mondiale.
Charles Milhaud, qui a eu la peau de l’Écureuil
Serge Tchuruk ou le complexe de Gargantua
Jean-Dominique Comolli, exportateur de cancer du poumon
Papy Zach, le glouton du CAC
Petit Pinault deviendra gros !
Henri Proglio, le Ganelon de l’eau
Jacques Marseille, économiquement incorrect



[ Haut ]
 

Accueil Brèves Plan du site Contact


Vous pouvez afficher les news sur votre site.
Copyright © la base Oncle Bernard 2002

Site développé avec SPIP, un programme Open Source écrit en PHP sous licence GNU/GPL.

Design © Drop Zone City