Accueil Brèves Plan du site Contact


la base Oncle Bernard

 
Henri Giscard d’Estaing, jeune giscardien


LA VIE DES GRANDS FAUVES (SANS NUMÉRO)



J’ai quarante-huit ans, et j’ai dirigé le Mouvement des jeunes giscardiens - par moi-même fondé en 1974 - en compagnie de Jean-Pierre Raffarin. Je ne sais pas pourquoi, mais peu après que papa a été élu président, toutes les portes se sont ouvertes devant moi-même. Et d’abord celles de l’Elysée, où j’ai rencontré plein de gens. Le 14 juillet 1980, j’ai défilé devant papa, en tenue de conducteur de char, en retenant mon fou rire. Peu après, je suis entré à Cofremca, une société de marketing, où je suis devenu spécialiste des comportements alimentaires. D’ailleurs, vous avez vu la ligne, hein ? Comme papa ! En 1987, Antoine Riboud, un industriel ami, m’a embauché chez Danone. Là, je suis devenu spécialiste des sauces [1]. Pour un gars qui avait fait Science-Po, où il flirtaillait - jamais touchée, je le jure ! - avec Caroline de Monaco, c’était un destin grandiose. Hélas, Frank, le fils d’Antoine, est arrivé. Il m’a placardisé ! Ah, le con ! Giscard au placard ! J’ai failli pleurer. David-Weill (Michel), un des banquiers actionnaires du groupe, m’a regardé : « viens chez nous, Riri... » J’ai reniflé. J’ai secoué la tête, boudeur... Et soudain : Alain Minc ! Alain ! Il me prend par sa fragile menotte et m’emmène au Club Med. A la direction financière.

Là, j’observe la France de Thierry Lhermitte du haut de ma haute taille. En ce temps-là, c’était Bourguignon qui dirigeait, fort mal, le Club, faisait des pertes abyssales et toisait tout le monde. Je ris sous cape, et décide de lui lécher le cul pour mieux le trahir. Bourguignon, énamouré, me promeut directeur général. En loucedé, je téléphone à Agnelli (paix à ses cendres mafieuses), actionnaire majoritaire : « Allô ? C’est Giscard ! - Qui ? - Giscard - Qui ça ? - Riton ! Le pote à Momo... - Ah, j’ai eu peur, j’avais cru entendre Giscard... Qu’est-ce que tu veux, Riri ? - Le Club. - Banco. » Je téléphone aussitôt à Fixot, mon beauf (il a épousé ma mère, pardon, ma soeur Valérie-Anne), lui file rencard à la Coupole, à côté de chez moi. « Bernard, j’ai baisé Bourguignon. » Il sourit, mystérieux : « Va voir Trigano. » Il s’agit de Serge, le fils de Gilbert, créateur du Club.

Je l’invite dans ma maison du Loir-et-cher pour une petite partie de chasse. Nous massacrons, en compagnie de mon frère Louis, des perdreaux, des faisans et des canards. Transformer de ravissantes créatures volantes en une boule de plumes ensanglantée et inerte, trouée par le plomb, me ravit. Je regrette de ne pas aller chasser le gros, comme papa, dont la vue baisse et qui est obligé aujourd’hui de fusiller des bêtes sauvages endormies à bout portant. Louis, Serge et moi, fusil à l’épaule, suivons les domestiques qui ramassent toutes ces dépouilles qui, pour la plupart finiront à la poubelle. Nous nous sentons des trappeurs, des pionniers. Des pionniers de l’esprit Club Méditerranée.

O.B.

mots-clés : Henri Giscard d’Estaing, Science-Po, Club Med, Club Méditerranée


[1] Authentique.


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 

 
  La vie des fauvettes La vie des grands fauves
      2000
      2001
      2002
      2003
      2004
      2005
      2006
      2007


      Contact

[ Plan du site ] [ Haut ]
 

 
Dans la même rubrique

Autres articles :
Ben Bernanke, nouveau patron de la Réserve fédérale
Frits Bolkestein Dracula du libéralisme
Gérard Larcher, ministre délégué aux Relations du travail : taïaut, taïaut l’emploi !
Poupou, viré par Bollore
François Loos, ministre du commerce et de l’inutilité
Franck Louvrier, communicant musclé de Sarkozy
Thierry Breton, le permanenté de Bercy
Georges Tron, grand suppresseur d’aides sociales
Henri de Castries,
Michel Camdessus, idole des pauvres et des opprimés



[ Haut ]
 

Accueil Brèves Plan du site Contact


Vous pouvez afficher les news sur votre site.
Copyright © la base Oncle Bernard 2002

Site développé avec SPIP, un programme Open Source écrit en PHP sous licence GNU/GPL.

Design © Drop Zone City