Accueil Brèves Plan du site Contact


la base Oncle Bernard

 
Gérard Larcher, ministre délégué aux Relations du travail : taïaut, taïaut l’emploi !


LA VIE DES GRANDS FAUVES (SANS NUMÉRO)



Charlie du 09 février 2005

Avez-vous remarqué mes bonnes joues ! Ce sont les joues poitevines. Les joues de Raffarin, les bonnes joues du terroir... Or Martine Aubry, telle Briseis, la compagne d’Achille, a de belles joues : donc j’ai entière légitimité pour lutter contre elle, joue contre joue, ha ha ! Je démolis en ce moment les 35 heures.

Donc je suis un vétérinaire de cinquante-cinq ans, le pied dans la glaise, la main dans le cul des juments. J’ai été véto de l’équipe de France de sport équestre. Taïaut ! Tout jeune, j’ai découvert l’UJP, les gaullistes de gauche... Impression mitigée. Surtout sur la bouffe. Donc je suis devenu maire de Rambouillet à trente-quatre ans, puis tout jeune sénateur des Yvelines. Au Sénat, ça allait mieux. J’ai pu me consacrer à ma grande passion : la chasse. Ah, transformer une jolie bête libre et bondissante en tas de poils sanglants, quel pied, quel pied ! La chasse à courre, c’est mon truc : persécuter un mammifère jusqu’à ce qu’il crève d’urémie, vous pouvez pas savoir... J’en frissonne. J’ai même écrit un savant traité sur le chien de vénerie appelé « poitevin ». Jean-Pierre [Raffarin, ndlr] en a eu l’oeil tout mouillé.

Maintenant je mène la chasse contre les lois Aubry. Je suis un peu ennuyé par le fait que les Français aiment les lois Aubry. Branleurs... Mais bon : désormais on pourra faire des heures sup, mal payée, au-delà du contingent de 220 heures, on pourra même vendre ses RTT à sa boîte pour travailler plus. Le contingent Fillon des heures sup n’est évidemment pas utilisé. Le problème, c’est que les boîtes ne veulent pas faire travailler plus. Ou alors elles airneraient, comme Siemens, faire travailler plus en payant moins. C’est humain. Le profit est humain. Le travail est humain. Je suis humain, taïaut ! J’ai dit à l’Assemblée nationale : « Le travail n’est pas une marchandise ! » La tête des socialos...

Je me méfie un peu de Borloo. Trop maigre. Et puis il se lève trop tôt le matin : 5 heures. C’est un peu le moment où je me couche, après une soirée bien arrosée, à parler des larmes de Diane. Je me méfie de ses réformes « structurelles ». Et puis je vais vous dire : le chômage, je m’en fous complètement. Les Français aussi. Jospin avait réduit considérablement le chômage, et il a été battu à plate couture. Il ne faut surtout pas faire campagne sur le chômage. Je pense même très sérieusement qu’il est dangereux de le réduire : donnez des emplois aux Français, et ils votent contre vous ! Je rigole, taïaut... Cela dit, je trouve la méthode anglaise assez bonne : supprimer les statistiques du chômage. Comme ça, on rien parle plus.

O. B.

Mots clés : Gérard Larcher, 35 heures, Aubry, chômage


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 

 
  La vie des fauvettes La vie des grands fauves
      2000
      2001
      2002
      2003
      2004
      2005
      2006
      2007


      Contact

[ Plan du site ] [ Haut ]
 

 
Dans la même rubrique

Autres articles :
Vincent Bolloré, flibustier végétarien.
Henri de Castries,
Thierry Breton, le permanenté de Bercy
Henri Giscard d’Estaing, jeune giscardien
John Roberts, autorité morale des États-Unis pour un demi-siècle
Guillaume Sarkozy, rattrapé par le marché
Jean-Pierre Petit, P-DG de McDo France, ou la conquête des estomacs
Cheikh Mohamed al-Maktoum, capitaliste bédouin
Poupou, viré par Bollore
Ben Bernanke, nouveau patron de la Réserve fédérale



[ Haut ]
 

Accueil Brèves Plan du site Contact


Vous pouvez afficher les news sur votre site.
Copyright © la base Oncle Bernard 2002

Site développé avec SPIP, un programme Open Source écrit en PHP sous licence GNU/GPL.

Design © Drop Zone City