Accueil Brèves Plan du site Contact


la base Oncle Bernard

 
William Clay Ford Junior, l’écolo fabricant de voitures


LA VIE DES GRANDS FAUVES N°141



Charlie du 4 décembre 2002

J’ai quarante-cinq ans, je suis l’arrière petit-fils de Henry Ford, le génial Henry, inventeur de la T4 pour le populo. Ma mère est une Firestone, c’est dire que la monnaie ne manque pas à la maison. Je joue de la guitare folk et suis passionné de pêche à la ligne. Henry Ford disait que « tout Américain a droit de choisir la couleur de sa voiture, à condition qu’elle soit noire ». Il payait bien ses salariés afin qu’ils puissent acheter les voitures qu’ils fabriquaient. Ça a donné le « fordisme », idéologie complètement rejetée aujourd’hui. Ah, le « fordisme » ! Lipietz, un de mes potes écolos, a adoré le fordisme.

Donc je suis sorti de Princeton pour rentrer chez moi, à Detroit, en 1979. En 1999, j’ai intégré le conseil d’administration. En 2001, j’ai viré le président Jacques Nasser et j’ai pris le poste de P-DG.

Je suis écolo. La bagnole est la merde absolue, cause de toutes les pollutions, de l’Alaska à la Galice, et de toutes les guerres, de la Tchétchénie à l’Afghanistan en passant par l’Irak. Elle assassine des millions de personnes chaque année, elle provoque les comportements les plus bestiaux. Cela ne m’empêche pas de produire des SUV, Sport Utility Vehicles, des gros 4 x 4 qui sont la source principale de mes profits, comme l’Explorer, le roi de sa catégorie aux États-Unis. L’ Explorer permet aux connards de se prendre pour Indiana Jones en ville et me rapporte du 30 à 40 % de marge nette. Je souffre de produire des Explorer.

Donc, me direz-vous, il faut arrêter de produire des Explorer. Et d’ailleurs de produire des bagnoles ! Eh non ! Car si je ne les produis pas, d’autres le feront à ma place, et moins bien. Je vais m’orienter vers l’Explorer écolo. Un 4x4 qui consomme un peu moins, mais qui donne toujours l’illusion, derrière le volant, en ville, de rouler au milieu de hordes de Pygmées. Mais ma voiture de demain sera la voiture à hydrogène absolument non polluante. Je pourrai commercialiser des Focus à hydrogène dans deux ans. George n’est pas très heureux de voir son pétrole laisser place à l’hydrogène... Je le console en lui disant qu’il aura toujours l’occasion de faire la guerre, pour des nappes d’eau par exemple. Excusez-moi, j’ai chaud, je monte un peu la clim... Ah ? Ça pollue aussi, la clim ? Vous en faites pas : avec le changement de climat, on aura bientôt la mousson partout ! Plus besoin de clim !

O. B.

Mots clés : William Clay Ford, Fordisme, écologie, pollution, voiture, pétrole, hydrogène.


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 

 
  La vie des fauvettes La vie des grands fauves
      2000
      2001
      2002
      2003
      2004
      2005
      2006
      2007


      Contact

[ Plan du site ] [ Haut ]
 

 
Dans la même rubrique

Autres articles :
Bill et John affairistes en chef
Steve Ballmer, ou le monopole à 85% de marge
La Suisse qui résiste au capital
Thierry Desmarest, l’ami des mouettes et des plages
Don Escriva de Balaguer, plus saint que moi, tu ressucites
Alain Juillet, patron-barbouze
Bertrand COLLOMB, la pensée en béton



[ Haut ]
 

Accueil Brèves Plan du site Contact


Vous pouvez afficher les news sur votre site.
Copyright © la base Oncle Bernard 2002

Site développé avec SPIP, un programme Open Source écrit en PHP sous licence GNU/GPL.

Design © Drop Zone City