Accueil Brèves Plan du site Contact


la base Oncle Bernard

 
Saint Pierre-Antoine Delhommais, expert et aposta


LA VIE DES GRANDS FAUVES N°166



Charlie du 04 juin 2003

Merci de me laisser la parole. Donc, dans ma jeunesse et dans un article de première page du Monde, j’exprimai « la dure et juste loi des marchés financiers [1] », car le marché est dur mais juste. La loi de l’offre et de la demande est sévère avec le prolétaire. Mais qui aime bien châtie bien : le châtiment du chômage n’est que le prix à payer pour les ouvriers aux salaires trop élevés ou payés au smic, barrière à l’embauche de millions d’hommes et de femmes. De même, les charges trop grandes sur les entreprises, les impôts sur les bénéfices trop forts briment les malheureux salariés, victimes émissaires, amen.

Et voilà qu’on me raconte dans un livre [2] que la loi de l’offre et de la demande n’existe pas ! Non ! Que même les Prix Nobel, Debreu, Nash, Stiglitz et d’autre se tapent sur les cuisses quand ils entendent les expressions " équilibre du marché " ou " efficacité du marché " ! Pas possible ! Et on ne me disait rien ?

J’ai tout compris, désormais, et je me repens. D’ailleurs, je l’explique dans mon dernier article du Monde, « L’Europe perd la guerre monétaire [3] », toujours en première page, où j’ai décidé d’avouer mon incompétence.

Le dollar baisse. Pourquoi ? Je ne sais pas. D’après la BCE, je me cite, ce serait parce que les rendements offerts sur le Vieux Continent sont supérieurs de 1% à ceux offerts aux États-Unis. » Laissez-moi rigoler !

« Comme si une différence tellement mince, je me cite, pouvait susciter un tel engouement. » Ah, ah ! Certe 1 % sur 2 %, c’est du 100 %, mais ta sueur ? Elle bat le beurre ? Ensuite, « le yen, qui propose depuis huit ans des rendements de 0 %, devrait s’effondrer » ! Certe, avec une inflation négative, le taux d’intérêt est plus élevé au Japon qu’en Europe ou aux États-Unis, mais ta soeur ? I’important, c’est que la loi de l’offre et de la demande n’existe pas, OK ?

Autre raison, me dit-on, le déficit américain. Je réponds : et alors ? Et alors ? Tantôt le déficit est gros avec un dollar haut, et tantôt il est fort avec un dollar bas ! Pan !

D’autres disent : c’est la baisse d’activité américaine. Et là, je me marre ! Car, parfois, la croissance décélère, et le dollar monte, et parfois la croissance accélère, et le dollar monte aussi, ah, ah, ah !

Conclusion : il riy a pas de loi économique expliquant la baisse du dollar. C’est la Maison-Blanche qui veut que ça baisse. La monnaie, c’est de la politique ! L’économie, c’est de la politique ! J’emmerde la Ioi de l’offre et de la demande ! Je vous emmerde, connards d’économistes ! Je me reconvertis dans la météo, là, il y a des lois fiables !

O.B.

Mots Clés : Pierre-Antoine Delhommais, BCE, monnaie, taux d’intérêt, Loi de l’offre et de la demande


[1] Le Monde, 17/09/98.

[2] Dictionnaire d’analyse économique, de Bernard Guerrien, La Découverte.

[3] 18-19/05/03.


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 

 
  La vie des fauvettes La vie des grands fauves
      2000
      2001
      2002
      2003
      2004
      2005
      2006
      2007


      Contact

[ Plan du site ] [ Haut ]
 

 
Dans la même rubrique

Autres articles :
Robert Kagan, théoricien du bien et de la puissance
Nicolas Miguet, apprenti Berlusconi
Patrick Le Lay, ou la télé de m...
Bill Kristol, ou le fanatisme doucereux
Claude Viet, monsieur Dégraissage social
Le Floch-Prigent, le divorcé du pétrole
Stéphane Fouks, le grand communicateur de Lionel Jospin
Paul Bremer, gauleiter de l’Irak
Paul Wolfowitz, secrétaire à la Défense, le faucon mouillé
Trichet : le retour du crétin pendant huit ans



[ Haut ]
 

Accueil Brèves Plan du site Contact


Vous pouvez afficher les news sur votre site.
Copyright © la base Oncle Bernard 2002

Site développé avec SPIP, un programme Open Source écrit en PHP sous licence GNU/GPL.

Design © Drop Zone City