Accueil Brèves Plan du site Contact


la base Oncle Bernard

 
Ernest-Antoine Seillière passe a l’Europe


LA VIE DES GRANDS FAUVES (SANS N°)



Charlie du 23 mars 2005

Oui, je viens de présenter ma candidature à la présidence de l’Union des confédérations de l’industrie et des employeurs d’Europe (UNICE), et donc me voilà confortablement élu puisque je suis le seul candidat. Rien ne m’interdit d’être le patron du Medef jusqu’en 2006. Mais je préfère céder la place. À qui ? Sarkozy (Guillaume), le frère de naboléon, Collomb (Bertrand), des ciments Lafarge, Parisot Laurence, ma petite copine de l’IFOP, l’institut de formatage de l’opinion ? En prononçant un discours musclé sur la « valeur travail » devant l’assemblée générale de l’organisation patronale, le 18 janvier, Laurence Parisot a pris date. C’est moi qui l’ai fait entrer au comité exécutif du Medef en janvier 2003. Laurence est une femme, rousse, rieuse, réac comme pas deux mais femme tout de même ! A choisir je préférerais Nicole Notat, plus poilue. Mais une femme ne peut diriger le patronat. Non, je ne vois pas qui pourrait me succéder. Kessler, l’idéologue borné, pour qui j’avais créé le poste de vice-président « conseiller » en 1999, et qui montre aujourd’hui sa nullité dans son entreprise de réassurance ? Certainement pas. Remarquez, si la réussite patronale était le seul critère... Il y a longtemps que j’aurais été viré ! Cap Gemini, le fleuron de mon holding, est la seule grosse boîte française à ne pas faire de profits cette année... Je vais demander à l’État de me renflouer. Ah, le bon temps où Raymond Barre injectait 50 milliards de francs dans la sidérurgie, me laissait récupérer 220 millions de cash et tout ce qui était rentable ! J’aime bien l’État quand il paye. Balladur m’a bien aidé, un temps... Balladur était dans les spahis, comme moi, ça crée des liens.

Mais mon meilleur souvenir, c’est Jospin, de la promotion Stendhal de l’ENA, avec Gomez, Chevènement, Toubon... Nous courûmes le jupon ensemble, au Quai d’Orsay (enfin, l’un courait la gueuse, l’autre la parfumée des Petits Lis Blancs, le bal que maman, née de Wendel, organisait dans notre bel hôtel particulier du quai de New York). A soixante-cinq ans, la cuillère toujours dans la bouche, une nouvelle carrière d’assisté-protestataire s’offre moi : vitupérer le fonctionnaire, le privilégié, le paresseux, réclamer des baisses de charges, les placer outre-Atlantique et pester contre la baisse de qualité du bordeaux. Avez-vous vu Mondovino ? Ah, triste époque, où le vin disparaît avant les buveurs ! À ta santé, prolétaire ! O. B.

mots clés : Ernest-Antoine Seillière, MEDEF, Wendel, ENA, UNICE, Europe.


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 

 
  La vie des fauvettes La vie des grands fauves
      2000
      2001
      2002
      2003
      2004
      2005
      2006
      2007


      Contact

[ Plan du site ] [ Haut ]
 

 
Dans la même rubrique

Autres articles :
Le sans-papiers chinois
Vincent Bolloré, flibustier végétarien.
Dominique de Villepin de la Mancha, moulin à paroles
Hu Jintao, président de « China, Blood and Capitalism Corp »
Ben Bernanke, nouveau patron de la Réserve fédérale
Guillaume Sarkozy, rattrapé par le marché
Frank Riboud, petit yaourt dans le grand fromage
Poupou, viré par Bollore
Henri de Castries,
René Carron, P-DG du lisier



[ Haut ]
 

Accueil Brèves Plan du site Contact


Vous pouvez afficher les news sur votre site.
Copyright © la base Oncle Bernard 2002

Site développé avec SPIP, un programme Open Source écrit en PHP sous licence GNU/GPL.

Design © Drop Zone City