Accueil Brèves Plan du site Contact


la base Oncle Bernard

 
Engle et Granger, les deux guignols nobélisés


LA VIE DES GRANDS FAUVES N°180



Charlie du 22 octobre 2003

Coucou, c’est nous, Robert Engle et Clive Granger, les deux guignols nobélisés ! D’abord, une précision : le prix Nobel d’économie n’existe pas. Jamais Alfred Nobel n’eût songé à un prix Nobel pour une pseudo-science. Mais il fallait faire croire que l’économie obéit à des lois « naturelles », genre loi de la gravitation, pour épater les ploucs et, surtout, les inciter à bosser. Donc la Banque de Suède inventa « le prix d’économie en l’honneur d’Alfred Nobel », qui n’en demandait pas tant. C’était en 1969.

Depuis, un certain nombre de pitres ont eu le « Nobel » d’économie. Le pire fut James Buchanan, ennemi de l’impôt, de l’État et de la loi. Quelques autres pas tristes : le facho Stigler (1982) ; l’immonde Gary Becker (1992), qui expliquait par le calcul économique le choix entre la quantité et la qualité des enfants dans le couple ou encore le dilemme entre fellation et sodomie ; l’affreux Lucas (mais cocu), qui expliquait par les « anticipations rationnelles » l’omniscience des citoyens, anticipant tout jusqu’à l’extinction du soleil ; les zozos Merton et Scholes, et à l’origine du scandale du fonds spéculatif. Bref.

Nous, c’est plus simple. On est des prévisionnistes. On va vous expliquer de quoi demain est fait. Vous direz, on peut pas savoir de quoi demain est fait, surtout sur la Bourse, sinon on serait multimilliardaires ! Il suffirait de vendre quand ça commence à baisser ! Ecoutez, on nous a filé le Nobel, oui ou merde ? Donc, vos gueules : on prévois l’avenir économique. Par exemple, on peut vous dire qu’on a touché pratiquement un million d’euros pour raconter nos inepties. On est pas des billes.

On fait dans le modèle « autorégressif », nous ! Autorégressif, ça vous en jette, hein, les bœufs ? On est dans la statistique pure. On prend des données, on agite, on cherche des corrélations, on sucre avec quelques bruits, une pincée d’hétéroscédatiscité, on met au four et servez : vous avez les cours boursiers du lendemain. Ouais, parfaitement ! La volatilité des cours, les écarts, les probas que les cours s’écartent du cours moyen observé, on vous sert tout ça ! Certes, on n’a aucune explication économique. C’est la série statistique qui explique la série statistique. Mais on n’est pas là pour expliquer, on est là pour prévoir ! Vous allez dire : « Finalement, vous observez le passé et vous en déduisez l’avenir, comme n’importe quel connard, et en plus vous croyez vraiment connaître l’avenir ! » Connards vous-même ! Quoi ? Pourquoi on est pas milliardaires puisqu’on prévois les cours boursiers ? Puisqu’on vous dit que la Banque de Suède nous gave de millions pour cultiver nos salades !

O.B.

Mots-Clés : Robert Engle, Clive Granger, statistique, bourse, nobel


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 

 
  La vie des fauvettes La vie des grands fauves
      2000
      2001
      2002
      2003
      2004
      2005
      2006
      2007


      Contact

[ Plan du site ] [ Haut ]
 

 
Dans la même rubrique

Autres articles :
Gérard de La Martinière assureur aux aguets
Denis Gautier-Sauvagnac, l’ami du pauvre et du salarié
Nicolas Miguet, apprenti Berlusconi
Patrick Kron, patron d’Alstom en faillite
Mestrallet boit la tasse
Bill Kristol, ou le fanatisme doucereux
Lindsay Owen-Jones, la fortune en crème antirides
Patrick Le Lay, ou la télé de m...
Saint Pierre-Antoine Delhommais, expert et aposta
Claude Viet, monsieur Dégraissage social



[ Haut ]
 

Accueil Brèves Plan du site Contact


Vous pouvez afficher les news sur votre site.
Copyright © la base Oncle Bernard 2002

Site développé avec SPIP, un programme Open Source écrit en PHP sous licence GNU/GPL.

Design © Drop Zone City