Accueil Brèves Plan du site Contact


la base Oncle Bernard

 
Alain Juillet, patron-barbouze


LA VIE DES GRANDS FAUVES N°144



Charlie du 24 décembre 2002

Mon nom est Alain Juillet.

Non, pas Pierre Juillet, l’homme de l’ombre qui régenta le pays pendant la maladie de Pompidou avec la mère Garaud. Mais oui, Marie-France, qui fit triquer Chirac pendant vingt ans ! Non : Alain Juillet. Pierre Juillet était mon tonton. N’allez pas en déduire tout de suite que Pierre Juillet, copain de Pasqua, était lui aussi une barbouze, hein ?

J’ai soixante ans. En 1967 je suis entré chez Pernod-Ricard, où j’ai humé le bon parfum laissé par Pasqua. Après quoi je suis passé chez Suchard, le chocolat qui fait du lard. Puis chez France-Champignon (ça ne s’invente pas), après un bref passage chez Ultra Frais (groupe Andros). Et, en 2001, me voilà patron de Marks & Spencer France. Là, je ferme dix-huit centres, vire quelques centaines de gueux, ce qui me vaut le surnom d" ’ Alain le Nettoyeur ".

Je dois avouer cependant que j’ai été auditeur de l’Institut des hautes études de la défense nationale en 1987 et 1988, et de l’Institut des hautes études à la sécurité intérieure en 1990. De là à dire que j’étais un honorable correspondant de la Piscine, boulevard Mortier, c’est un pas que je n’hésiterais pas à franchir si j’étais vous.... Certains disent que je fournissais des couvertures à des agents... D’autres que j’apportais des infos sur les réseaux financiers de... chut !

Et maintenant me voilà directeur du renseignement à la DGSE. Chef-barbouze. Pourquoi pas ? Après tout, Francis Mer est bien devenu ministre des Finances, pourquoi un patron ne finirait-ils pas dans l’ombre des réseaux ? Les affaires, c’est l’opacité, les eaux troubles, le délit d’initié, les informations confidentielles... Les affaires sont les affaires ! D’affaires à affaires louches, un dessous-de-table et un adjectif ! Et puis, l’immobilier, la politique, le financement des partis, les commissions occultes, c’est ça, la vie ! Quand j’entends le mot " transparence ", je sors mon mouchoir pour étouffer un éclat de rire ! Transparence ! Il n’y a que les socialistes et les professeurs d’économie qui croient à la transparence ! En général, ce sont les truands qui font des affaires, les flics qui deviennent conseillers d’entreprise, les agents du fisc qui aident a frauder, et les magistrats qui entrent dans les conseils d’administration pour truander la justice. Pour une fois que c’est un homme d’affaires qui passe du côté des supert-flics de l’ombre ! Bon. Pas un mot sur la suite. Sinon, je vous fous un contrat.

O.B.

MOTS CLES : Alain Juillet, barbouzes, patron, Pernod-Ricard, Marks & Spencer


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 

 
  La vie des fauvettes La vie des grands fauves
      2000
      2001
      2002
      2003
      2004
      2005
      2006
      2007


      Contact

[ Plan du site ] [ Haut ]
 

 
Dans la même rubrique

Autres articles :
Thierry Desmarest, l’ami des mouettes et des plages
William Clay Ford Junior, l’écolo fabricant de voitures
Bertrand COLLOMB, la pensée en béton
La Suisse qui résiste au capital
Steve Ballmer, ou le monopole à 85% de marge
Bill et John affairistes en chef
Don Escriva de Balaguer, plus saint que moi, tu ressucites



[ Haut ]
 

Accueil Brèves Plan du site Contact


Vous pouvez afficher les news sur votre site.
Copyright © la base Oncle Bernard 2002

Site développé avec SPIP, un programme Open Source écrit en PHP sous licence GNU/GPL.

Design © Drop Zone City