Accueil Brèves Plan du site Contact


la base Oncle Bernard

 
Ben Bernanke, nouveau patron de la Réserve fédérale


LA VIE DES GRANDS FAUVES



Charlie du 9 novembre 2005


Eh oui, j’ai la lourde tâche de succéder au gourou, au devin, au sorcier, au fou génial de la Réserve fédérale, ladies and gentlemen, let me introduce Alan Greenspaaaaaaan ! Je ne suis que le modeste patron des conseillers de la Maison-Blanche, le Council of Economie Advisors, qui ne sert strictement à rien, encore moins que votre Conseil d’analyse économique qui remet rapport inutile sur document illisible. Bush et sa clique sont des politiques. Ils n’ont que faire de l’économie. L’économie obéit, chez nous, vous n’aviez pas compris ça ? Elle obéit à ses seigneurs et maîtres, les grands, les pétroliers et les financiers.
  Donc j’ai cinquante et un ans, diplômé du MIT, prof à Princeton, marié à une prof, inscrit à la CAMIF, chaussé de solides Pataugas, et républicain modéré.

J’admire Greenspan. Un type capable de dire : « Si vous m’avez compris, c’est que je me suis mal exprimé ! », alors là, chapeau ! Chapeau ! C’est comme Groucho Marx, qui refusa d’entrer dans un club qui, sans vergogne, l’accepta comme membre ! Greenspan méprisait les marchés. II disait que ces analphabètes de courtiers et d’intermédiaires "exubérants et irrationnels" ne méritaient de bouffer que des salades assaisonnées de vagues statistiques. « Mieux vaut guérir que prévenir... », clamait-il. Les « golden boys  », les cambistes, même les patrons des banques d’affaires éjaculaient dans leur froc en l’écoutant... Il n’a jamais asséné deux phrases cohérentes... Salopard !

Moi, je suis un théoricien. l’ai bûché vingt ans de ma vie dans les bibliothèques. J’ai écrit une thèse sur la Grande Dépression. J’ai fait des maths. De la logique. J’ai une barbe de syndicaliste du Snesup. J’ai peur de l’inflation. J’ai peur tout court. Greenspan est arrivé au moment du krach de 87, il a connu les crises mexicaine, argentine, malaise, indonésienne, andorrane, la bulle Internet, le scandale Enron, les attentats du 11 septembre 2001, il a fait varier les taux d’intérêt entre 1et 9 %* ** Authentique., il a balancé de la liquidité en veux-tu en voilà dans l’économie, il détestait les keynésiens et plus encore les monétaristes, il prenait Friedman pour le dernier des cons, et moi pour l’avant-dernier...
  Il était beau. Et il part au moment où le dollar va se casser la gueule, avec tous ces déficits !
  Greenspan refusait de fixer un taux d’inflation : eh bien, ma première décision sera de fixer un taux d’inflation. Et une fourchette de croissance de la masse monétaire, et tac ! Fini les crédits à tire-larigot ! Et les Chinois ! Les Chinois ! Je m’en vais te les faire payer, les Chinois ! Réévaluation du yuan, et toc  ! Et, s’il le faut, dépression ! Saignée ! Lancette ! Burette ! Cuvette ! Purge ! Jeûne ! Ah oui, vous en voulez un plus débridé que Greenspan ? Vous allez voir !


O.B.

Mots clés : Ben Bernanke, USA, Réserve fédérale


[ Imprimer cet article ] [ Haut ]
 

 
  La vie des fauvettes La vie des grands fauves
      2000
      2001
      2002
      2003
      2004
      2005
      2006
      2007


      Contact

[ Plan du site ] [ Haut ]
 

 
Dans la même rubrique

Autres articles :
Michel Camdessus, idole des pauvres et des opprimés
Jean-Pierre Petit, P-DG de McDo France, ou la conquête des estomacs
Poupou, viré par Bollore
Georges Tron, grand suppresseur d’aides sociales
Franck Louvrier, communicant musclé de Sarkozy
Cheikh Mohamed al-Maktoum, capitaliste bédouin
Thierry Breton, le permanenté de Bercy
Christophe Lambert, président de Publicis,
Frank Riboud, petit yaourt dans le grand fromage
Frits Bolkestein Dracula du libéralisme



[ Haut ]
 

Accueil Brèves Plan du site Contact


Vous pouvez afficher les news sur votre site.
Copyright © la base Oncle Bernard 2002

Site développé avec SPIP, un programme Open Source écrit en PHP sous licence GNU/GPL.

Design © Drop Zone City